Besançon, cœur d’artistes… d’une porte à l’autre !

0
909
Le 52 Battant inauguré le 28 octobre dernier © DR
Le 52 Battant inauguré le 28 octobre dernier © DR
- Annonce -
Des Bousbots de la place Bacchus aux faubouriens de la porte Rivotte, c’est l’effervescence d’artistes, d’artisans d’art et d’entrepreneurs culturels à Besançon.

Le 12 octobre dernier, s’ouvrait 18 rue de Pontarlier « La petite manufacture » (voir notre article du 12 octobre 2017). La boutique-atelier inaugurait le renouveau de ce « traje » abandonné entre la place Jean Cornet et la porte Rivotte. Un mois plus tard, vendredi 10 novembre, les voisins d’en face investissaient une boutique vide au n°11. Nom de code : « les 2 portes ».

Audrey Devaud, Caroline Pageaud et Gwilherm Courbet lors de leur inauguration © DR
Les 2 portes

L’atelier-gravure, à la bonne odeur d’encre et de papier, est tenu par trois compères : Audrey Devaud, Gwilherm Courbet et Caroline Pageaud. Tous les trois se sont rencontrés dans le cadre des ateliers de la caserne Vauban. Soutenus par la Mairie et unis par cette même volonté de créer un lieu dynamique et indépendant, ils ont choisi le quartier Rivotte, à quelques pas de la Cité des Arts, pour ouvrir leur nouveau lieu de travail et d’exposition et présenter des gravures originales, xylographies et lithographies en tirage limité.
Au printemps prochain, la galerie accueillera également de jeunes artistes, étudiants, ainsi que des artistes confirmés.

Pourquoi « les 2 portes » ?

Les graveurs n’avaient pas toujours bonne réputation pour les pouvoirs en place. La qualité de leur travail les amenaient à produire affiches de propagande mais également la fausse monnaie. Les ateliers de gravure disposaient donc de plusieurs issues en cas d’arrivée intempestive de la maréchaussée, d’où les deux portes ! Mais pas de soucis du côté de la rue de Pontarlier… l’atelier compte 5 portes !

Le 52 Battant inauguré le 28 octobre dernier © DR
Le 52 Battant, c’est aussi une quinzaine de bureaux dédiés aux artistes, indépendants, porteurs de projets © DR
52 Battant

Le vieux faubourg Battant où les lavandières « battaient » le linge au bord du Doubs, périclitait d’année en année. Encore maintenant, on ne compte pas les cellules commerciales vides, abandonnées, servant de refuges aux marginaux. Propriétaires et pouvoirs publics réinvestissent donc l’une des plus vieilles et belles rues de Besançon pour en faire un lieu de créations artistiques, un nouveau lieu de vie.

Le projet du 52 Battant est né de la volonté de la municipalité de créer un espace collaboratif dédié à l’animation de la filière culturelle et créative pour redynamiser la rue, et la réapproprier à ses habitants. La gestion en est confiée à l’association dijonnaise « la Coursive Boutaric ». Lieu d’exposition d’artistes, le 52 Battant est aussi un centre de ressources et de réseautage pour les entrepreneurs du monde artistique.

Ainsi, d’un faubourg à l’autre, Besançon tente de donner place aux artistes et artisans d’art, qui, ne l’oublions pas, sont eux aussi des entrepreneurs.

Y.Q

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here