« Le besoin fait vieille trotter »

0
421
besancon edouard philippe en marche jean louis fousseret
Edouard Philippe en visite à Besançon vendredi 16 juin dernier - Crédit photo : DR
- Annonce -
Le Billet d’humeur… Par Y.Q

La rumeur court comme un feu follet dans les jardins bisontins !
Est-elle transmise par les papillons de la pyrale du buis qui volettent du parc Granvelle au Square Saint Amour ?

Le premier magistrat de Besançon, en quittant sa maison socialiste, met fin à 70 ans de règne sans partage, de Jean Minjoz à Jean Louis Fousseret. Besançon n’est donc plus socialiste si l’on en croit les ragots entendus depuis dimanche aux terrasses des cafés.

Besançon ne bruisse que du vol léger des papillons et des gros sabots du (encore ?) Maire de Besançon.
Le ouï-dire fonctionne depuis plus d’un an.

Jean Louis Fousseret – il faut lui rendre ce mérite – n’a pas lésiné sur le soutien acquis à Emmanuel Macron dès l’aube des « marcheurs ». En bon monarque comtois, il a été à la manœuvre et la barque est arrivée à bon port avec deux députés « macroniens » élus, l’une novice et bien cornaquée, l’autre récoltant les fruits d’un vrai travail parlementaire et une réelle proximité dans sa circonscription.

Alors, le brouhaha de la place Saint Pierre vante les mérites de l’ancien technicien des Compteurs Schlumberger que le Premier Ministre Edouard Philippe, à Besançon vendredi dernier, pourrait récompenser par un « Secrétariat d’Etat pour services rendus ».

Racontar, bobard, nous le saurons ce soir !

Quand un individu dépasse ses habitudes pour obtenir une faveur et révèle ainsi ce qui l’intéresse, on dit que « le besoin fait vieille trotter ». Ce proverbe au léger goût d’ironie pourrait bien s’appliquer à Jean Louis Fousseret.

Au fait, et si il le méritait ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here