Black Friday ou le consumérisme démesuré

0
6526
D’après une étude du site Poulpeo, les Français devraient dépenser plus de 845 millions d’euros en ligne et plus de 4,5 milliards d’euros en magasin ce week-end. © LDC
- Annonce -
Vous n’y avez sans doute pas échappé. Depuis quelques jours, les marques inondent boîtes mails et messageries téléphoniques d’offres promotionnelles liées au Black Friday. Importé des États-Unis, cette journée de shopping effréné, se déroule au lendemain de la fête américaine de Thanskgiving (en savoir plus : Noël : entre marketing et tradition).

Méconnu en France auparavant, le Black Friday est devenu, depuis quelques années, une opération commerciale incontournable pour les commerçants français. En effet, c’est notamment pour combler la baisse de fréquentation des magasins suite aux attentats du 13 novembre 2015, que les marques françaises ont eu l’idée de s’y mettre.

Qu’est-ce que le Black Friday ?

C’est un jour de promotions massives qui lance officiellement le coup d’envoi des achats de Noël outre-Atlantique. Pourtant, depuis quelques années, les marques françaises s’en emparent pour doper les ventes de Noël. D’ailleurs, d’après les estimations du site Poulpeo, le Black Friday devrait remporter 845 millions d’euros cette année contre 718 millions d’euros l’an passé. Aussi, l’édition 2016 du Black Friday est entrée dans l’histoire comme la première journée à générer trois milliards de dollars de ventes en ligne sur le sol américain.

« En général, je fais de très bonnes affaires pour les cadeaux de Noël », glisse Anthony, venu profiter des promotions lors du Black Friday dans une boutique du centre-ville. © LDC

L’enjeu est donc de taille. C’est la raison pour laquelle les marques rivalisent d’imagination en allant même jusqu’à étendre le Black Friday à la semaine entière en proposant la « Black Friday Week ». Et puisqu’un plaisir n’arrive jamais seul, ce lundi prochain, les internautes du monde entier pourront faire de bonnes affaires sur le net grâce au « Cyber Monday ».

Trop c’est trop ? À croire que non à en juger le chiffre d’affaires que ces opérations rapportent. En effet, toujours d’après l’étude menée par le site, les Français devraient dépenser 238 millions d’euros en ligne et plus de 4 milliards d’euros en magasin cette année.

Quand le Père Noël traque les bonnes affaires

Selon une autre enquête, cette fois-ci menée par l’Institut d’études marketing et d’opinion CSA, le principal avantage du Black Friday serait, pour 53% des Français, « l’occasion de pouvoir réaliser des économies pour Noël ».

Effectivement, pour Anthony qui effectue principalement ses achats de Noël au centre-ville de Besançon, « le Black Friday est bien situé sur le calendrier commercial car il est plus pertinent que les soldes de janvier. En général, je fais de très bonnes affaires pour les cadeaux de Noël ».

Les autorités mettent en garde contre les risques d’arnaques sur Internet © LDC

Jenna est américaine et réside à Denver. Régulièrement de passage dans la région, elle avoue apprécier cette période de promotions qui tombe à pic : « Chez nous, le Black Friday est un jour férié qui tombe juste après Thanksgiving, on trouve des tas de produits en soldes, c’est une belle opportunité. Après tout, s’il y a des soldes, pourquoi ne pas en profiter ? ».

Du côté des lecteurs, le Black Friday est loin de faire l’unanimité puisque seulement 18% des personnes ayant répondu au sondage lancé sur notre page Facebook, qualifient cette opération commerciale de « génial ». Ils sont, en revanche, 82% à vouloir dire stop à la sur-consommation…

Dans la plupart des enseignes, le Black Friday se prolongera jusqu’à samedi soir y compris aux centres commerciaux de Besançon dont les Passages Pasteur et Chateaufarine.« C’est la première fois que je propose cette offre commerciale, j’ai décidé de l’étendre jusqu’à samedi en proposant -40% dès deux articles achetés sur certaines gammes », raconte David Gianella de la boutique Da Vinci Dress Code au centre-ville. « On le fait surtout pour suivre le mouvement et parce que les fournisseurs participent, c’est un plus. »

Gare aux arnaques !

Pourtant, d’après l’association de consommateurs UFC-Que Choisir, les promotions de cette opération mercantile ne feraient, en réalité, bénéficier les clients que de 2% de rabais en moyenne. Plusieurs sites permettent néanmoins de ne pas se faire avoir en comparant les prix. C’est le cas de Google Shopping ou de Idealo. Enfin, pour limiter le risque de fraudes en ligne, le gouvernement invite les internautes à la plus grande vigilance en dressant une liste de conseils.

Louise De Châteaublanc

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here