Dans la cuisine du Jack’s, avec Adrien Wehrlen

0
4205
Adrien Wehrten, cuisinier du jack's
- Annonce -
Par ces températures d’hiver – en plein mois d’avril – on aimerait rester chez soi, et ne jamais en sortir. Ou alors, juste pour déguster de bons plats réconfortants. Et bien justement, ce genre de plats là, on en trouve au Jack’s, cuisinés avec soin par Adrien Wehrlen, jeune cuisinier dont, aujourd’hui, on fait le portrait.

Adrien Wehrlen s’est lancé dans la restauration « un peu par hasard ». Originaire de Beure, il commence ses études dans la psychologie. Très vite, il enchaîne les boulots saisonniers ou d’animateur en centre de vacances pour enfants. D’animateur, il « traîne ses guêtres » en cuisine, une activité à laquelle il prend goût immédiatement. Loin de se proclamer autodidacte, Adrien débute une formation au GRETA de Besançon et obtient son CAP cuisine en un an. Il n’en fallait pas plus pour ce franc-comtois : le chef étoilé Lilian Triponney le repère. Deux ans de formation intensive en haute restauration ont suivi, « une autre façon d’apprendre le métier », précise Adrien. Gastronomie, pression, responsabilités, Adrien finit par quitter cette ambiance pour se mettre au calme et enfin s’occuper de son nouveau-né.
Mais le cuisinier est vite rappelé à l’ordre. Début 2016, Richard Roberge, un ami et gérant du restaurant Jack’s lui propose un poste de cuisinier. L’affaire est entendue, Adrien ayant déjà travaillé dans ce restaurant québécois, après un voyage à Montréal.

Un an après, les cuisines du Jack’s sont son nouveau terrain de jeu. « Ce n’est pas de la grande gastronomie avec des assiettes à 50 euros mais je fais du québécois et j’adore », confie Adrien. Lui-même adepte des poutines « magiques » et revigorantes, son envie de partager sa passion de la cuisine outre-Atlantique se fait ressentir. Burgers, poutine et desserts sont confectionnés à partir de produits frais, de saison, choisis avec soin auprès de producteurs qu’il connaît.

Ambiance familiale au sein de l’équipe aidant, le chef ne compte pas quitter le Jack’s de sitôt. Affichant complet chaque week-end, Adrien entend bien pérenniser l’établissement, avant de concrétiser son rêve : ouvrir son propre restaurant.

pouding chômeur
Pouding chômeur – ©DR
La recette d’Adrien : le pouding chômeur

Dessert québécois gourmand et facile à réaliser, le pouding chômeur n’est pas, sans un bon sirop d’érable.

Préparation de la sauce dans une casserole :
2 unités (une unité = environ 20cl) et demi de cassonade
3 unités de crème
1 unité de sirop d’érable
3 unité d’eau
Porter le tout à ébullition en attendant qu’une petite mousse se forme

Préparation de la pâte :

375 grammes de farine
180 grammes de sucre
120 grammes de beurre fondu
1 œuf
1 unité de lait
Verser la préparation dans un moule, recouvrir la pâte de la sauce et enfourner à 180°C pendant 40 minutes. Bon appétit !

Crédit Bauer
Crédit Bauer
Jack's : du lundi au samedi, midi et soir au 12 rue Richebourg à Besançon.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here