Jean-Louis Fousseret : des voeux sous le signe de la culture

0
700
Jean-Louis Fousseret a présenté ses voeux à la presse ce lundi 8 janvier 2018 © YQ
- Annonce -

Jean-Louis Fousseret, Maire de Besançon, présentait ce lundi matin ses vœux à la presse au milieu du chantier de ce qui sera dans quelques mois l’un des cinq plus beaux musées de France.

2018 sous le signe de la culture

Accompagné de Nicolas Surlapierre, directeur du musée des Beaux-Arts et d’Archéologie, le Maire de Besançon a listé les principales opérations culturelles de la capitale comtoise.

Durant l’année 2018, Besançon fêtera les 10 ans du réseau Vauban, ces 12 citadelles et fortifications françaises inscrites au patrimoine mondial de l’UNESCO.
Tête de pont du réseau Vauban, la citadelle de Besançon a accueilli en 2017 près de 300 000 visiteurs, signant là, sa 3ème meilleure année de fréquentation. Dès le mois d’avril 2018, le site bisontin accueillera une exposition du grand sculpteur Mauro Corda : tête de lion-buffle, autruche-girafe, autant d’allégories qui marqueront le printemps.

lion-buffle de Mauro Corda
Du tram aux mosaïques gallo-romaines

Bien entendu, le point d’orgue de l’année 2018 sera pour Besançon l’inauguration et l’ouverture au public du Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie le 16 novembre prochain. La place de la Révolution offrira alors un regard impertinent sur ce musée pour tous. Nicolas Surlapierre a forcé volontairement le trait en présentant l’éclosion du nouveau musée comme le passage d’un lieu poussiéreux et sombre visité par des personnes âgées, à un monument ouvert vers l’extérieur, une porte vers la culture que chacun, et particulièrement la jeunesse, a envie de pousser.

La communication du musée, axée sur l’art du tatouage, nouveau phénomène de société, illustre bien cette volonté « d’ouverture d’esprit ».

Citoyenneté et sécurité

Le Maire a répété son exaspération quant aux actes de vandalisme survenus ces dernières semaines à Planoise et aux 408. Persuadé que Besançon sera accessible à la police de sécurité au quotidien (PSQ), élément phare de la politique d’Emmanuel Macron en terme de sécurité publique, Jean-Louis Fousseret n’attendra pas pour ouvrir, dès le mois d’Avril, un commissariat de police au cœur de Planoise et rendre ainsi un espace sécurisé à ses habitants.

Sécurité rime avec citoyenneté pour le Maire de Besançon

Pour être proche de la population, une première maison des services publics (MSAP) en zone urbaine, verra également le jour à Planoise, offrant aux habitants toutes les palettes des services publics (CAF, CPAM, Mission Locale, accompagnements des personnes en difficulté) : une sorte de co-working des organismes sociaux qui aurait pour objectif de créer du lien entre les habitants.

Elus, parlementaires, préfet et directions des organismes sociaux lors de l’inauguration de la maison des services au public – YQ

Le ban et l’arrière-ban des « gens qui comptent » à Besançon, inauguraient cette première maison des services au public (MSAP) en zone urbaine : Préfet, parlementaires, élus et directions des organismes sociaux se poussaient du coude pour être sur la photo.

Mais l’idée est généreuse, ne gâtons pas le plaisir de voir travailler « ensemble » ces mastodontes de la bureaucratie, au seul service de la population. La MSAP (nouvel acronyme) devrait accueillir 60 000 personnes à l’année. Voilà un vœu à exaucer sans délai !

Urbanisme

« Une ville qui ne construit pas est une ville qui meurt ». Ce sont les termes de Jean-Louis Fousseret pour argumenter les grands travaux de la ville en matière d’urbanisme. Les « 3 V » pour Vaites, Viotte et Vauban marqueront du mois de janvier (début des travaux à la Viotte) au mois d’octobre (Vaites et Vauban) trois nouveaux quartiers aux logements «à prix abordables et accessibles » selon les vœux (encore des vœux) du Maire.

Le 17 janvier, les premiers coups de pioche seront donnés sur le site de la Rhodia pour faire disparaître dans les prochaines années, ce chancre industriel si préjudiciable à la ville.
En septembre prochain enfin, le choix de l’opérateur de « Saint Jacques Cité des savoirs et de l’innovation » sera connu et la phase opérationnelle mise en chantier.
Besançon, une ville qui bouge pour ses habitants, voilà donc un souhait partagé !

Transports

Des semaines de grève des transports en commun, une ponctualité à l’horloge en panne, des lignes de bus aux abonnés absents les dimanches et jours fériés, la fraude quotidienne érigée en jeu de piste, le réseau Ginko, autrefois meilleur réseau français, ne passionne plus. Souhaitons que Keolis, le nouvel opérateur depuis le 1er Janvier 2018, soit plus à la hauteur des ambitions de la ville : augmenter la fréquentation et la ponctualité des bus… Un vœu non gagné d’avance !

Economie

« Tout ne va pas si mal » s’est rassuré le Maire. Les micro-techniques et le luxe portent une jambe économique. L’autre supporte les activités médicales et de bio-innovation. Le commerce de centre-ville reste un point sensible à améliorer. Jean-Louis Fousseret est donc plutôt réaliste. L’équilibre reste à trouver entre les équipements commerciaux de l’hyper-centre et la périphérie.

Le Maire de Besançon a conclu ses vœux pour 2018 en souhaitant que la Communauté d’Agglomération devienne rapidement Communauté Urbaine afin de placer la capitale comtoise dans le peloton de tête des grandes villes françaises. La décision appartiendra prochainement à l’assemblée communautaire.

Enfin, et si la place de la révolution redevenait ce lieu de vie, de divertissement et de connaissances ? Le Maire s’est mis à rêver hier matin, à une grande roue illuminant un marché de Noël digne de la capitale de la Comté.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here