Meutre d’Alexia Daval : plus de 500 personnes pour un jogging-hommage

0
2247
Toute la France a couru pour rendre hommage à la joggeuse, Alexia Daval, disparue il y a tout juste une semaine. © LDC
- Annonce -
Ce samedi à Besançon, plus de 500 personnes se sont rassemblées pour le footing organisé en l’hommage d’Alexia Daval, où elle était employée de banque.

Il était 10h45 ce samedi, une semaine tout pile après sa disparition, lorsque la foule s’est élancée sur les quais du Doubs.

 « On court pour dénoncer »
Arnaud, Estelle et Maël, 9 ans, ont pris part au jogging organisé pour rendre hommage à Alexia Daval, retrouvée calcinée dans un bois de Haute-Saône en début de semaine. ©LDC

Arnaud, 35 ans, tenait à être là : « C’est important de défendre l’idée qu’on est libres de pouvoir courir en sécurité, qu’on soit un homme ou une femme. On court pour dénoncer. » Il ajoute : « L’insécurité des joggeuses s’inscrit plus largement dans la question de la place des femmes dans la société. C’est un enjeu de vie publique et collective, il faut veiller les uns sur les autres et trouver des solutions. La tendance est au sport nature, sécuriser les parcours en travaillant, par exemple, sur l’éclairage est primordial.» Estelle, son amie, confirme : « Terminer son footing en se disant qu’on est une survivante est assez dur à gérer. »

« Nous ne céderons pas à la peur »

Fatima et Chloé, la trentaine, courent tous les jours ensemble. Elles sont venues pour soutenir les proches d’Alexia Daval et surtout « rendre hommage à toutes les femmes victimes de violences.»

Des violences auxquelles elles ont déjà été confrontées lors de séances de jogging : « Des réflexions, des sifflements, une fois, un homme a carrément baissé son pantalon pour se masturber devant moi. C’est très violent », raconte Chloé.

« Cet événement dramatique et sordide nous plonge face à une certaine réalité qui nous force à être encore plus vigilantes au quotidien. Peut-on sortir de chez soi sans craindre pour notre sécurité, notre vie ? », se demande Fatima.

Des règles d’or pour esquiver les risques

Pour ces habituées de la course à pied, il est nécessaire de suivre des « règles d’or » pour contourner les risques : « Ne pas courir avec écouteurs, être constamment à l’affût, prendre son téléphone portable avec soi, éviter de courir seule même si on court avant tout pour se vider la tête et surtout, ne jamais emprunter le même circuit aux mêmes horaires ».

Lors du rassemblement de Gray, où le mari d’Alexia Daval a couru, Isabelle Fouillot, mère de la victime a déclaré : « C’était l’activité préférée de ma fille et j’encourage tout le monde à courir. […] On ne devrait pas avoir le droit de nous enlever cette liberté. »

D’après des sources proches de l’enquête, l’autopsie du corps d’Alexia Daval a permis d’établir un décès par strangulation, mais selon les premières constatations, elle n’aurait pas été violée. D’après nos confrères de Europe 1, la procureure de Besançon, Edwige Roux-Morizot, contactée par l’AFP, n’a pas confirmé cette information. Une conférence de presse se tiendra lundi à 11 heures au tribunal de Besançon.

Louise De Châteaublanc

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here