Du papier au pavé, le chemin est long pour les urbanistes !

0
303
Besançon de papier. Projets d'urbanisme oubliés (XVIIIe-XXe siècle)
Des projets d'urbanisme oubliés (XVIIIe-XXe siècle) comme ce projet de piscine Art déco à Canot - Crédit DR
- Annonce -
La bibliothèque municipale de Besançon, la plus ancienne de France « dans son jus », présente les projets d’urbanisme oubliés : « Besançon de papier ».

Élucubrations d’architectes, stratégie de protection militaire de la ville, projets « fous » ou réalistes… Besançon a été et reste « un terrain de jeu » pour les urbanistes.
Du siècle des Lumières au 21ème siècle, notre jolie ville s’est enrichie de multiples palais et monuments mais aussi de projets faramineux restés dans les cartons des archives municipales. Ce sont ces projets, que l’équipe passionnée et compétente de la bibliothèque et des Archives municipales de Besançon, présente aujourd’hui au public.

Vesontio, déjà réputée à l’époque romaine, prendra le surnom de « Chrysopolis » au Moyen-Age, nom emprunté au grec et signifiant « ville d’or ». Une « ville d’or » qui aurait été largement modifiée dans son ensemble, si le projet de tunnel routier, long de 520 mètres et reliant la rue de la République à la rue de la Préfecture, avait eu lieu tel qu’il avait été dessiné en 1979. Quant au canal traversant la boucle et imaginé en 1809 par les autorités militaires, il aurait fait de Besançon, la Venise de l’est.

Le projet de la gare Viotte dessiné en 1969 – Crédit DR

D’autres esquisses oubliées, puis retrouvées, ont le goût amer du temps perdu :
– Le tunnel sous Micropolis, daté de 1990-1994 et toujours pas réalisé, faisant de l’intersection entre la rocade nord et la pénétrante sud de Besançon, un insupportable embouteillage permanent ;
– Le centre directionnel imaginé autour de la gare Viotte en 1969 composé de bureaux, de logements, de commerces autour d’une gare modernisée.

Une grande piscine Art déco mitoyenne de la cité universitaire de Canot, un quartier Battant aéré, la cité-jardin de Montrapon et bien d’autres idées ont foisonné en particulier sous les mandats de Charles Siffert.

La trentaine de projets d’urbanisme doivent être perçus comme le témoignage d’une vision de la ville qui n’a jamais existé. Ces échecs incitent à une réflexion globale pour l’avenir de Besançon au 21 ème siècle. Il ne faudrait pas que les projets actuels soient présentés comme autant d’échecs architecturaux aux bisontins du 22ème siècle.

Y.Q

"Besançon de papier" : jusqu’au 21 octobre 2017 (prolongation jusqu’au 25 novembre
uniquement les samedis)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here