Salon du cheval : en selle du 16 au 25 février 2018

0
639
Salon du cheval besancon
Hervé De La Selle, Président du Comité régional d'équitation de Bourgogne Franche-Comté (BFC), Claire Juillet Mailly, Présidente du Conseil du Cheval de BFC, François Alleguede, Président d'Equi'Org, organisateur du salon, Didier Sikkink, Directeur général de Micropolis - Crédit DR
- Annonce -
Fort des 30 000 visiteurs accueillis en 2017 à Micropolis pour sa première édition, le parc des expositions de Besançon et les organisateurs du salon du cheval veulent l’ancrer durablement dans les 3 ou 4 premiers salons équestres de France.
9 jours pour découvrir l’autre meilleur ami de l’Homme

Sur les 64 races officiellement recensées en France, 17 seront présentes à Besançon dont le cheval de trait Comtois, le régional de l’étape.
Du Western à l’attelage, du dressage aux spectacles professionnels, du saut d’obstacles au Horse Ball, la tribune de 500 places et les différentes carrières d’évolution permettront aux curieux et aux passionnés de s’informer, de sauter le pas d’un loisir et aussi d’un sport de haut niveau.

Le cheval au service de tous

Robert Redford ne sera pas à Micropolis mais le métier de « chuchoteur » rendu célèbre par le film « L’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux », sera mis en lumière à l’occasion du salon.
Une journée consacrée au « cheval et différences » mettra en avant les progrès thérapeutiques de l’équitation dans l’évolution des handicaps physiques et mentaux.

La filière équine en BFC : une place importante dans l’économie régionale. Crédit DR
Le cheval : une filière économique importante pour la région

Avec 34 000 licenciés, la Bourgogne Franche-Comté est la seule région de France qui voit ses effectifs augmenter de 6% par an.
A 85% féminin, le sport équestre dans la grande région est le second sport pratiqué, essentiellement dans 530 clubs composés essentiellement de petites structures réalisant moins de 100 K€ de chiffre d’affaires.
La filière équine en BFC, c’est 180 millions d’€ de chiffre d’affaires pour 11 000 salariés, répartie entre les centres équestres, les haras et principalement celui de Besançon et l’élevage pour la production de viande et le travail du cheval.
Au plan national, les activités équestres génèrent 12.3 milliards d’€ de chiffre d’affaires dans 5 5000 entreprises employant  77 000 salariés.

La viande de cheval : un sujet tabou 

Comme Panpan ou Caramel pour les lapins, on n’imagine pas manger Calin, Etincelle ou Noiraud ! Pourtant, comme le rappelle justement Claire Juillet Mailly, Présidente du Conseil du cheval de Bourgogne Franche Comté, le maintien des races de trait comme le Comtois impose le développement de la boucherie chevaline.
La consommation française représente 2% de la viande totale consommée en France et bizarrement 87% de la viande de cheval consommée en France est importée alors que l’essentiel de la production française est exportée, principalement en Italie.
La disparition des races animales est un combat juste, qu’il s’applique aux grands singes d’Afrique ou au cheval comtois.

Le cheval : une filière pour des métiers d’avenir

Le salon présentera un espace dédié aux métiers et formations équestres. L’équitation n’est pas absente non plus du numérique. Un village de start-up présentera des innovations utiles dans la filière équine.

Cette deuxième édition du salon du cheval à Besançon du 16 au 25 février prochains, c’est aussi la démonstration que la capitale comtoise et son centre des expositions, tiennent la corde des événements d’ampleur de la grande région.

Y.Q

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here