C'est la victoire.

Parlez Mirko Frigerio, le révolutionnaire des enchères. Bienvenue sur notre blog. Aujourd'hui, nous vous proposons une interview exceptionnelle : celle de Charlie Cinolo, co-fondateur de ClientiCasa.it, et de Mirko Frigerio, vice-président d'Astasy. Mirko Frigerio est une figure éminente du secteur immobilier et en particulier du secteur des enchères. Mais maintenant, nous laissons la parole au protagoniste de cette interview, une inspiration sûre pour tous ceux qui travaillent dans le secteur immobilier. Bonjour Mirko, je veux commencer cette interview pour blog-immobiliare.it avec deux questions fondamentales : tout d'abord je te demande comment tu as commencé ton travail. Et puis à quel âge êtes-vous entré dans l'immobilier. "Bonjour Charly. Et merci. C'est très simple : en 1997, j'ai commencé à travailler comme acquéreur dans une société immobilière bien établie en Lombardie et j'ai commencé ma future carrière en tant qu'agent immobilier dans certaines petites villes de la région basse de Bergame. En 1999, j'ai obtenu la licence d'agent immobilier et je m'occupe également de la formation, de la motivation, de la recherche et des études. En 2002 je me détache de la réalité de la Marque pour laquelle j'étais devenu, on l'appellerait aujourd'hui, un Top Processer et je crée ma propre petite Marque composée de sept agences, toutes situées dans un périmètre restreint. My Brand devient la première agence certifiée Iso 9001 : Vision 2000 en Lombardie." À ce stade, Mirkor nous parle un peu de vous : quelles ont été vos études et vos principales expériences ? « A la base, j'ai toujours été dédié à l'immobilier. J'ai fait des études supérieures de technicien, j'ai obtenu mon diplôme de Géomètre et donc j'ai essayé le plus possible de faire <> que les autres ne faisaient pas. Alors que le concurrent vendait une seule villa avec 1000 mètres carrés de jardin, j'ai vu, en le démolissant, un chantier de construction de huit appartements. Alors que le concurrent a vu un client qui voulait vendre un bloc, j'ai vu une scission. Là où d'autres voyaient une commission, j'ai vu du développement. » Vous avez donc toujours eu une plus grande vision que les autres. Pourquoi alors vous êtes-vous spécialisé dans les ventes aux enchères ? "Les enchères entrent dans mon monde avec une jambe droite. Comme dans les meilleures traditions, ils sont tombés sur moi : c'était en 2003 lorsqu'un de mes clients est venu à mon bureau avec une carte verte et m'a dit : <>. De là ce fut une succession de connaissances et de rencontres, de nouvelles connaissances et de collecte de données. De là commence mes connaissances, ma formation juridique, ma préparation en droit de la faillite et ma curiosité juridique dans ce monde. Cette affaire, seulement la première de ce qui est maintenant ma spécialisation, m'a donné la chance de rencontrer un avocat, chef du bureau juridique de l'ancien Banco di Roma, puis Unicredit, qui a ensuite suivi l'affaire de mon premier client saisi, qui il se rendait à Rome presque une fois par semaine. Et vu les résultats que j'ai apporté, il a promis de m'apprendre quoi faire, comment faire et comment continuer si seulement je m'engageais à étudier le sujet, <>. C'est probablement cette phrase qui a amené la mienne à être ici aujourd'hui, comme vous me connaissez. Ajoutez à cela ma dévotion obsessionnelle aux chiffres, aux données et à leur analyse et vous avez la recette de ce que j'ai fait jusqu'à présent et de ce que je fais encore. Sur les exécutions immobilières nous ne sommes qu'à 10% de ce que j'ai dans ma tête et sur mes serveurs." Compte tenu de votre rôle de premier plan dans le secteur, je vous demande à ce stade à quoi ressemble le marché des enchères et des créances douteuses. « 245 100 propriétés aux enchères sont la réponse. Oui, vous trouverez écrit ici et là que les saisies immobilières baissent, mais personne ne vous dira qu'une maison est mise aux enchères après quatre ans d'hypothèque impayée et qu'elle est vendue aux enchères après environ cinq ans. La somme fait neuf ans, on ajoute cette longueur aux enchères générées ces dernières années et on va découvrir que pour revenir à la "normalité", si on peut appeler ça comme ça, il faudra encore quinze ans. Quinze ans pour avoir le marché avec des exécutions à <> 100 000 pièces par an… Qui, comme on dit, ne sont pas vraiment deux maisons !" Maintenant, je veux vous demander un aperçu plus général, alors je vous demande : comment voyez-vous le secteur immobilier en Italie ? Sommes-nous sortis de la crise ? « Et si la <> n'avait pas été une crise mais un rééquilibrage ? Et si nous "poussions" trop sur les trades des années précédentes, créant un effet boomerang qui s'est retourné contre nous ? Avez-vous déjà pensé au fait que nous avons atteint plus de 848 000 transactions ? Comment sommes-nous parvenus à augmenter le nombre de métiers en seulement trois ans ? Et l'excès d'accès au crédit, pure invention de l'homme en quête d'Affaires ? Et si c'était la vraie crise ? Par contre, c'est quand on va toucher à l'équilibre que les secousses se produisent et que les bombes explosent ! J'espère que la période qui vient de s'écouler n'est qu'un avertissement, même si la mémoire financière des gens est courte courte courte !" Quelle sera donc, selon vous, l'évolution naturelle des opérateurs du secteur ? « Spécialisation et web ! Rien d'autre. La spécialisation est une chose très recherchée qui évite de perdre du temps. Le web est son moyen naturel de diffusion. L'ère des cent appels téléphoniques imprudents est révolue pour atteindre peut-être dix clients et deux fermetures. <> sur <>, <> et <>. Si je suis spécialisé dans la location, je n'essaie même pas de vous trouver un sky land ! L'ère de l'entremetteur est <>. <> et <> combinés à l'intelligence artificielle. Pour rester dans ce domaine, comment voyez-vous l'avènement du web dans le secteur immobilier ? La vraie révolution c'est l'utilisation du Big Data et l'application que le web peut faire ! Le web, encore compris par beaucoup comme <, entre dans le monde de l'immobilier pour <> les efficacités que les humains ne veulent pas gérer de peur de perdre leur statu quo. L'évolution consiste à faire évoluer le web ainsi qu'à se spécialiser dans une branche spécifique." Changeant de sujet mais restant sur une question importante, pourquoi pensez-vous que la figure d'un professionnel est importante dans une négociation immobilière ? « Pour le tiers. Parce qu'il n'est pas émotionnellement lié au résultat et que, s'il est vraiment un professionnel, il saura me guider dans la bonne direction ; même peut-être l'impopulaire <>. Je me demande si aujourd'hui le désir de conclure une affaire ou de ne pas forcer les gens à faire une mauvaise affaire est plus inné. Certains collègues parlent de mono commission. D'autres parlent de conseiller du propriétaire ou de conseiller de l'acheteur, comme dans d'autres États. Je dis que nous sommes sur la bonne voie pour changer ce métier qui, de plus en plus, a besoin de spécialistes !" Que pourrions-nous faire, nous les professionnels, pour nous améliorer ou pour offrir plus aux clients ? “<>. Formez-nous en permanence. Sans formation continue et sans comprendre quel a été mon parcours, je serais probablement encore dans l'indifférence immobilière. Augmentez toujours vos connaissances pour pouvoir les ancrer! Et savoir bien le faire ne veut certainement pas dire suivre un cours de deux heures de gourou de la situation ! » Cher Mirko, merci pour cette interview qui nous a fait voyager de ton passé vers l'avenir du métier de l'immobilier. Voulez-vous dire quelque chose pour conclure ? "Ne laissez jamais personne s'immiscer dans vos rêves !"

Partenaire:

Sommaire

Frédéric Villeroux

Je partage non seulement la culture culinaire à travers mes mots, mais aussi, je mets en avant les différentes propositions de recettes les plus délicieuses et les astuces pratiques en termes de cuisine. Pour qu’il n’y ait aucune redondance dans les informations que je communique aux lecteurs, je me base sur la rédaction d’article de cuisine, à la pointe de la modernité. Chaque sujet traité sera ainsi de tendance et de nouvelles idées seront mises en ligne au quotidien.

Dans la même catégorie

Go up