Covid-19 : ce que l’on sait (et ce que l’on ignore encore) du variant Omicron qui inquiète la planète – actubisontine.com

Ce variant a été classé « préoccupant » par l’Organisation mondiale de la santé, notamment à cause de son grand nombre de mutations. Pour l’heure, il est toutefois difficile d’évaluer sa contagiosité ou sa virulence.

Beaucoup de craintes et très peu de certitudes. Le nouveau variant Omicron, signalé fin novembre par l’Afrique du Sud, mobilise virologues et chercheurs du monde entier pour tenter de comprendre son fonctionnement et son impact potentiel sur la pandémie de Covid-19. Des cas de ce variant ont été signalés dans 38 pays du monde, selon l’OMS. En Europe, il a été identifié dans 17 pays, d’après les derniers chiffres, publiés dimanche 5 décembre, par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (en anglais). Plusieurs pays, dont la France, ont déjà pris des mesures pour tenter de limiter sa propagation sur leur territoire.

Origine, contagiosité, dangerosité… Franceinfo fait le point sur ce que l’on sait et surtout sur ce qu’on ignore encore de ce variant. Il a été signalé pour la première fois par l’Afrique du Sud. Le variant a « été signalé pour la première fois à l’OMS en Afrique du Sud le 24 novembre », explique l’instance onusienne. Le premier cas confirmé en laboratoire dans le pays a été identifié dans un échantillon prélevé le 9 novembre. « Il tourne probablement en Afrique du Sud (…) depuis plus longtemps qu’on ne le pensait, depuis début octobre », a de son côté expliqué mercredi le président du Conseil scientifique, Jean-François Delfraissy, devant les députés.

En Europe, des cas ont été recensés dans 17 pays. En Europe, il a été identifié dans 17 pays différents, d’après les derniers chiffres, publiés dimanche 5 décembre, par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (en anglais). L’organisme faisait alors état de 182 cas, mais le Danemark a annoncé quelques heures plus tard, un bond « préoccupant » à 183 cas confirmés de variant Omicron dans le pays. En France, seize cas d’infection au variant Omicron ont été confirmés, selon le dernier bilan actualisé samedi par Santé publique France.

Il présente plus de mutations que le variant Delta. Une première « image » tridimensionnelle de ce nouveau variant a été réalisée et publiée le 27 novembre par l’hôpital Bambino Gesù de Rome. Elle permet de montrer « que le variant Omicron présente beaucoup plus de mutations que le variant Delta », a expliqué l’équipe de chercheurs. Il comporte notamment une trentaine de mutations dans la protéine « spike », clé d’entrée du virus dans l’organisme. Certaines étaient présentes dans des variants connus, d’autres non. « Cela ne signifie pas automatiquement que ces variations sont plus dangereuses, simplement que le virus s’est encore adapté à l’espèce humaine en générant un autre variant », précisent les chercheurs.

Laisser un commentaire