Guardian va tester le paywall sur l'application d'actualités dans le cadre de la campagne de paiement des lecteurs

The Guardian doit tester un paywall sur son application d’actualités dans le cadre de la dernière initiative visant à réorganiser les activités de l’éditeur libéral autour des paiements des lecteurs tout en essayant de rester attaché au journalisme en libre accès.

Alors que le Guardian gardera son site Web ouvert à tous, le groupe de médias commencera plus tard ce mois-ci à exiger des frais d’un échantillon d’utilisateurs réguliers d’applications d’actualités alors qu’il explore la meilleure approche de tarification pour mettre l’ensemble du produit de l’application derrière un mur payant.

La mesure couronne un parcours de sept ans pour la direction du Guardian, passant de l’hostilité pure et simple aux paywalls sous l’ancien rédacteur en chef de longue date Alan Rusbridger à compter sur les abonnements et les contributions pour la majorité des revenus sous son successeur Katharine Viner. Un journaliste de longue date a décrit la transition comme bienvenue mais « surréaliste ».

The Guardian a rejoint l’année dernière le petit groupe des éditeurs d’actualités avec plus d’un million d’abonnements numériques, mais sur un modèle unique où la plupart de ses « supporters » contribuent volontairement au moins 5 £ par mois pour des actualités en lecture libre.

Enders Analysis a estimé que les abonnements des lecteurs, couvrant la presse écrite et en ligne, représentent désormais plus de 60 % des revenus totaux du Guardian, marquant « le revirement le plus positif dans la fourniture d’informations en anglais ». La moitié des lecteurs payants du Guardian se trouvent en dehors du Royaume-Uni.

Mais des tensions sous-jacentes subsistent sur la stratégie commerciale et la gouvernance du Guardian. Celles-ci ont débordé l’été dernier lorsqu’Annette Thomas a brusquement quitté son poste de directrice générale du Guardian Media Group après avoir perdu une bataille de pouvoir interne avec Viner, le rédacteur en chef du Guardian depuis 2015. Le successeur de Thomas n’a pas encore été nommé.

Le Scott Trust, la société mère du Guardian, a longtemps subventionné les opérations de la salle de presse du Guardian à partir d’une dotation évaluée en 2021 à environ 1,1 milliard de livres sterling. La durabilité du modèle a été sérieusement mise en doute en 2016 lorsque Guardian Media Group a glissé vers une perte avant impôts record de 69 millions de livres sterling sur des revenus de seulement 210 millions de livres sterling.

Partenaire:

Viner a mené un plan de redressement pour réduire les coûts d’un cinquième, en partie en supprimant environ 450 emplois, dont 120 journalistes. Cela a aidé le Guardian à atteindre son premier bénéfice d’exploitation en deux décennies en 2019, avec un bénéfice positif avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement.

Recommandé

Cependant, les activités du Guardian sont restées négatives en termes de trésorerie, s’appuyant sur le Scott Trust pour aider à gérer les sorties nettes, qui sont tombées à un minimum de 16 millions de livres sterling en 2021. Le Scott Trust a signalé dans un examen de la gouvernance l’année dernière qu’il souhaitait désormais se concentrer « sur le long- investissement à terme » dans le Guardian plutôt que de « répondre aux besoins de financement à court terme ».

Le mois dernier, le personnel a été informé que la publicité numérique plus forte et les revenus des lecteurs avaient augmenté les revenus globaux du Guardian de 225 millions de livres sterling à plus de 250 millions de livres sterling au cours des douze mois se terminant fin mars, son plus haut niveau depuis 2008.

De manière significative, le Guardian Media Group est revenu à une position de trésorerie positive pour la première fois depuis qu’il a commencé à vendre AutoTrader il y a environ 15 ans, selon une personne familière avec les chiffres. Les résultats audités du Guardian pour 2021/22 n’ont pas encore été publiés.

The Guardian exécute actuellement une application gratuite aux côtés d’une version payante, qui comprend plus de fonctionnalités. Le test du paywall, dont le prix sera «mesuré» en fonction de l’utilisateur et de la région, ouvre la voie à un produit d’application payant unique dans le monde entier.

Le Guardian a déclaré que son journalisme « reste entièrement gratuit et ouvert à tous sur le Web, quelle que soit sa capacité de payer ».

« Dans les mois à venir, nous allons tester une version mesurée de l’application dans le cadre de notre stratégie produit plus large », a déclaré la société. « Nos lecteurs savent qu’en nous soutenant, ils contribuent non seulement à payer pour un journalisme percutant auquel ils peuvent faire confiance, mais ils garantissent que le journalisme peut être lu gratuitement sur le Web. »

Sommaire
  1. Recommandé

Jérôme Joy

Je fais découvrir à mes lecteurs cette passion en leur donnant du goût à la lecture de chaque article. Bien sûr, j’essaie de varier le mieux possible mes articles, en se lançant également dans le partage d’informations concernant la cuisine asiatique, africaine et américaine, ainsi que la politique et technologie.

Dans la même catégorie

Go up