La fintech américaine Plaid embauche un cadre de Booking.com à la tête de l'Europe

LONDRES – La société de technologie financière Plaid a embauché Ripsy Bandourian, un cadre de longue date de Booking.com, pour diriger ses opérations européennes.

Bandourian a rejoint Plaid la semaine dernière et travaille depuis ses bureaux néerlandais à Amsterdam. Elle sera chargée de diriger l’expansion de la start-up basée à San Francisco en Europe continentale. Keith Grose, ancien directeur international de Plaid, se concentre désormais uniquement sur la gestion des activités au Royaume-Uni.

La femme d’affaires d’origine arménienne apporte un mélange d’expérience au monde de la fintech. Elle a d’abord étudié la biologie moléculaire à l’Université Brigham Young de Provo, dans l’Utah, avant de déménager à New York pour occuper un poste d’analyste quantitative chez Goldman Sachs. Après un passage en tant que consultante chez McKinsey, elle a déménagé à Londres pour travailler à la division européenne d’Apple.

Bandourian a rejoint Booking.com en 2014, travaillant pour la plateforme de voyages en ligne pendant plus de huit ans dans une variété de rôles axés sur les produits et le marketing. Elle était plus récemment vice-présidente des partenariats mondiaux d’hébergement, supervisant les relations de Booking.com avec les partenaires hôteliers.

Bandourian a déclaré à CNBC que ses raisons de rejoindre Plaid étaient « personnelles » autant que professionnelles.

« J’ai vécu ma vie sur trois continents différents », a déclaré Bandourian. « Et il n’y a absolument aucun moyen pour moi d’emporter mon historique financier avec moi. Il n’y a pas d’outils, il n’y a aucun moyen de le rendre plus facile. Et c’est un cas d’utilisation.

La technologie de Plaid permet aux entreprises de technologie financière telles que Venmo et Robinhood de se connecter aux comptes bancaires des clients afin que les utilisateurs puissent se connecter et partager leurs données financières en toute sécurité. Cela fait partie d’une tendance à croissance rapide connue sous le nom de « banque ouverte ».

La société, qui propose également des outils de paiement sur certains marchés, indique qu’elle prévoit une expansion « agressive » en Europe cette année. Ses services sont actuellement disponibles dans sept pays européens, dont le Royaume-Uni, l’Allemagne et la France. Plaid prévoit également de se déployer prochainement sur d’autres marchés, notamment la Pologne, la Belgique et les pays nordiques.

« Les plans sont assez agressifs », a déclaré Bandourian. « L’investissement que Plaid réalise en Europe témoigne de l’opportunité que l’entreprise se voit, et de la profondeur et de la vitesse à laquelle nous évoluons. »

Parmi les plans de Plaid pour l’Europe, il y a l’augmentation de ses effectifs – l’entreprise emploie actuellement environ 80 personnes dans la région – et l’embauche de directeurs de pays individuels pour la France et l’Allemagne. Les clients de Plaid en Europe incluent l’échange de crypto Kraken et l’application de rencontres Bumble.

La tendance à l’open banking a gagné en popularité en Europe au fil des ans. C’est en partie grâce aux réglementations favorables aux fintech introduites en 2018 qui obligent les banques à partager les données des utilisateurs avec des tiers à la demande des consommateurs.

Le nombre d’utilisateurs d’open banking sur le continent a atteint 12,2 millions en 2020, selon les données de Statista, un nombre qui devrait atteindre 63,8 millions d’ici 2024.

Les grandes entreprises et les investisseurs en prennent note. Le mois dernier, Apple a acquis Credit Kudos, une fintech basée à Londres qui utilise les données bancaires des consommateurs pour effectuer des vérifications de crédit plus éclairées. Pendant ce temps, Visa a racheté Tink, un concurrent européen de Plaid, pour plus de 2 milliards de dollars.

Plaid a été évalué pour la dernière fois en privé à 13,4 milliards de dollars après l’échec d’un accord de 5,3 milliards de dollars devant être repris par Visa.

Sommaire

Benedicte lefeuvre

J’écris pour la technologie moderne et plus précisément sur les accessoires tendances et pratiques que chacune devrait porter sur soi en toute occasion. Avec une cible plus féminine, je rédige aussi des articles orientée sur la « prise en charge de soi », que ce soit en termes de beauté, mais aussi au niveau de la santé. La femme a besoin de se valoriser en prenant soin de soi et donc en gardant la forme. Je me permets donc d’informer et de conseiller mes lectrices sur les différents moyens d’optimiser leur santé physique et mentale. Je suis aussi tourné sur l'international et les articles chauds.

Dans la même catégorie

Go up