La résurrection du téléphone portable conventionnel




Connectivité ou qualité de vie

Chaque année, de nouvelles études émergent qui révèlent le temps que nous passons sur nos téléphones portables ou plutôt sur nos smartphones. Les chiffres ont tendance à varier selon la source ou l’année, mais les résultats sont toujours décevants. L’application RescueTime a révélé en 2019 que les utilisateurs passent en moyenne trois heures et quinze minutes sur leurs appareils mobiles ; App Annie a révélé en 2021 que les Américains passaient 4,8 heures sur leur smartphone, alors que dans des pays comme le Brésil, la Corée du Sud et l’Indonésie, cela dépasse les cinq heures ; Le site Reviews.org a mené une enquête en 2022 avec laquelle il a découvert que 74% des personnes interrogées se sentent mal à l’aise lorsqu’elles oublient le téléphone à la maison et 48% ressentent de l’anxiété lorsque la batterie descend en dessous de 20%.

Des données inquiétantes, mais rien de nouveau, puisque les tendances sont à la hausse depuis des années et semblent incapables de s’arrêter. Pour autant, il est impossible de ne pas penser que 2020 a marqué un point critique pour beaucoup, lorsque les différents confinements à travers le monde ont forcé une connexion extrême. Plus d’un an s’est écoulé et il est encore difficile de définir le temps que les gens consacrent aux ordinateurs et aux téléphones portables pour faire face à leur vie personnelle et professionnelle depuis chez eux.

Des pratiques qui ont conduit à la lassitude de Zoom qui fait généralement référence à la réticence pour les visioconférences, mais qui peut bien servir à parler de l’usure psychologique due à l’utilisation excessive de l’écran pendant l’année la plus critique de la pandémie. Bien qu’il soit encore trop tôt pour confirmer, il est probable que cette expérience ait incité de plus en plus de personnes à rechercher des solutions pour s’éloigner des écrans, le retour à un téléphone portable plus basique étant un bon moyen de commencer.

Le retour au dumbphone ne fait que commencer et il reste encore un long chemin à parcourir pour parler de tendances et surtout de victoires, mais les chiffres les plus récents ne permettent pas d’exclure cette possibilité. Car plus qu’un changement d’équipe, ce serait un changement dans notre mode de vie.