Le changement climatique a également atteint le long été de Neptune

« Ce changement était inattendu », a expliqué Michael Roman, astronome à l’Université britannique de Leicester, responsable de l’étude et cité dans un communiqué de l’Observatoire européen austral (ESO).

Les scientifiques en savent relativement peu sur Neptune, la huitième planète du système solaire. C’est la planète la plus éloignée du Soleil, ce qui fait que son orbite annuelle dure l’équivalent de 165 années terrestres.

Les télescopes de la génération précédente étaient incapables de démêler la lumière pâle de cet objet stellaire entièrement bleu, enveloppé d’une épaisse couche d’ammoniac, de glace d’eau et de méthane solide. La sonde Voyager 2 réussit en 1989 à envoyer les premières images nettes de Neptune. Et maintenant, il est scruté en permanence par le télescope spatial Hubble et le grand télescope de l’ESO au Chili.

L’atmosphère de Neptune est très dynamique, rappelle l’étude, publiée par le Planetary Science Journal. Les vents sont les plus violents connus du système solaire : plus de 2 000 km/h. Les données indiquaient que normalement avec l’arrivée de l’été austral en 2005, la planète commencerait à se réchauffer, a expliqué Michael Roman.

Mais la température dans la partie sud de la planète a baissé en moyenne de 8 degrés Celsius entre 2003 et 2018. La température moyenne de la planète est de -200 degrés Celsius, ce qui rend les mesures difficiles.

Ce n’est que grâce à la sensibilité des images infrarouges des grands télescopes qu’il est possible de voir Neptune clairement, a expliqué Leigh Fletcher, co-auteur de l’étude et astronome à l’Université de Leicester. « Cette technologie n’est disponible que depuis vingt ans », a-t-il expliqué.

Les observations ont également détecté un autre phénomène, le réchauffement soudain du pôle sud de Neptune, d’environ 11 degrés Celsius entre 2018 et 2020. Il n’y a pas d’explication claire à ces phénomènes, qui pourraient être dus à une évolution de la chimie dans la stratosphère. , ou aux cycles solaires.

L’impact des variations solaires est également discuté entre experts pour expliquer le changement climatique sur Terre.