Le vélo électrique a un défaut : il se casse en deux

Imaginez que vous achetez un vélo électrique et que lorsque vous ajustez le cadre pour commencer à l’utiliser, il se casse au milieu. C’est ce qui se passe avec le Fiido X, un vélo électrique lancé en juillet dernier après une campagne réussie sur le site de financement participatif Indiegogo.

L’entreprise (du même nom) qui fabrique le vélo a identifié une grave erreur de construction dans le cadre en magnésium et a annoncé qu’elle cesserait de le vendre, conseillant aux propriétaires de cesser d’utiliser le véhicule. « Il s’agit d’un grave problème de sécurité, nous exhortons donc les utilisateurs à cesser provisoirement d’utiliser X », a déclaré la société dans un communiqué de presse publié vendredi.

publicité

Des investigations sont en cours au laboratoire de recherche et développement de Fiido X à Shenzhen (Chine), suite à une plainte d’un utilisateur américain la semaine dernière. Jusqu’à mardi prochain (12), la société divulguera des détails sur le rappel, l’analyse des défaillances et les problèmes liés au plan de protection des utilisateurs et à l’amélioration technique. « Nous mettrons les droits de chaque utilisateur au premier plan », déclare la société dans un communiqué de presse.

Fiido a levé environ 1 million de dollars américains sur Indiegogo pour construire le vélo électrique, qui s’est initialement vendu pour 1 099 dollars américains (environ 5 700 reais, en conversion directe à l’époque). Avec une autonomie de 100 km et une vitesse allant jusqu’à 25 km/h, le vélo se distingue par son design fin et élégant, ce qui est inhabituel pour les vélos électriques, qui se distinguent par leur poids plus élevé.

Cependant, l’avantage esthétique semble s’être fait au détriment de la solidité du cadre, plusieurs unités présentant des marques de fatigue inquiétantes dans la zone de pliage – dont une (comme on le voit dans l’image ci-dessous) venant se casser au milieu du joint.

Reproduction/Télégramme/Javier (cib)

Marque axée sur les vélos à bas prix

Fondée en 2016, Fiido concentre ses ventes sur les vélos à bas prix, commercialisés sous la marque directement au consommateur (modèle commercial où les utilisateurs achètent directement auprès de l’entreprise au lieu de magasins intermédiaires ou de concessionnaires). Son premier vélo est sorti en 2017, mais le premier à se démarquer a été le Fiido D11, qui s’est vendu à 1 000 $ pour les marchés nord-américain et européen. A l’époque, les principales caractéristiques conférées au véhicule étaient, outre son faible coût, sa bonne portée, son pliage facile et la présence d’un accélérateur avec régulateur de vitesse.

Le Fiido X ressemblait à un pas en avant par rapport au modèle précédent, avec un moteur de 250 watts et une foule de bonnes fonctionnalités de contrôle embarquées, comme des marqueurs pour la vitesse et les niveaux de batterie, et une assistance à la propulsion par pédale. Le vélo avait également un port USB pour les appareils mobiles.

Fiido/Divulgation

Cependant, avec des milliers d’unités vendues sur le marché américain, Fiido, basée à Hong Kong, est confrontée à une sérieuse corde raide après avoir lancé un vélo électrique avec une structure aussi fragile (et toujours avec l’argent des utilisateurs). Reste à savoir dans les prochaines semaines ce qu’il adviendra de ses modèles, en plus de l’avenir de l’entreprise.

Crédit image principal : Playback / Telegram / Javier (cib)

Lire la suite:

Avez-vous regardé nos nouvelles vidéos sur Youtube? Abonnez-vous à notre chaîne !