Les turbulences du marché divisent les fonds spéculatifs en gagnants macro et en perdants technologiques

Les turbulences du marché provoquées par l’invasion de l’Ukraine par la Russie et la hausse de l’inflation ont fortement divisé l’industrie des fonds spéculatifs, les fonds spéculatifs macro célébrant l’un de leurs meilleurs débuts d’année alors que les fonds technologiques et de croissance accumulent des pertes à deux chiffres.

Les 10% des fonds spéculatifs les plus riches ont gagné en moyenne 24,3% au premier trimestre, tandis que le décile inférieur a chuté de 15,4%, selon HFR, qui suit le secteur. La dispersion est l’une des plus importantes depuis la crise financière.

L’industrie dans son ensemble a subi des pertes de 0,3 % au premier trimestre, mesurées par l’indice pondéré par les fonds HFRI, et les grands fonds ont eu tendance à faire mieux que les petits.

« J’ai du mal à penser à un trimestre avec plus de dispersion depuis assez longtemps », a déclaré Michael Edwards, directeur adjoint des investissements de Weiss Multi-Strategy Advisers.

Recommandé

De nombreux fonds spéculatifs d’actions long-short ont réduit leur exposition aux actions américaines et réduit leur effet de levier alors que le marché s’effondrait en janvier et février, inquiets qu’il y ait encore de la place pour que les actions chutent. Ils sont restés à l’écart et ont encore réduit leurs positions lorsque le marché a finalement trouvé son équilibre, selon la branche de courtage de premier ordre de Goldman Sachs.

Cela signifie que certains fonds ont raté un rallye de 9% du S&P 500 par rapport à ses creux de février, y compris dans de nombreuses actions technologiques qui avaient été durement touchées au début de cette année. Cela a fait chuter l’indice HFRI des fonds d’actions de 4 %.

Tiger Global a été parmi les plus durement touchés : il est en baisse de 34 % pour le trimestre. Melvin Capital, Whale Rock et le fonds Long / Short de RiverPark ont ​​​​tous connu des baisses de plus de 20% au cours du trimestre, les actions de consommation, de technologie et de croissance étant plus généralement en difficulté. Les problèmes avec la technologie ne se sont pas limités aux États-Unis. Accendo Capital a perdu 17,8%, l’une de ses plus grandes participations, le fabricant suédois de télécommunications Hexatronic, ayant renoncé à une partie des gains de l’année dernière.

En revanche, les fonds informatisés et macro ont fortement rebondi : l’indice macro HFRI a augmenté de plus de 8 % au cours du trimestre.

Ces gains, a ajouté Edwards, étaient dus en partie au fait que les fonds macro quantitatifs se négociaient systématiquement. Sans que les sensibilités humaines soient affectées par la guerre en Ukraine, la flambée des rendements du Trésor et la vente sur les marchés, les fonds informatisés ont été plus rapides à réintégrer la mêlée que certains gestionnaires de fonds spéculatifs en chair et en os.

Partenaire:

« Les machines ne sont pas soumises au même Fomo [fear of missing out] et les tendances à lécher les plaies que sont les gestionnaires discrétionnaires », a-t-il déclaré.

Parmi les plus grands gagnants de cette année figurent le fonds BH-DG Systematic Trading, géré par une joint-venture entre la société de fonds spéculatifs Brevan Howard et l’ancien trader de Chase Manhattan, David Gorton. Le fonds a gagné 23% fin mars, selon les chiffres envoyés aux investisseurs.

Pendant ce temps, Systematica de Leda Braga a augmenté de près de 18%, aidé par les paris sur les matières premières et les obligations, et Aspect Capital est en hausse de 21,5% dans son fonds diversifié.

Bridgewater, le plus grand fonds spéculatif au monde avec environ 150 milliards de dollars sous gestion, a gagné 16,3%. Il a déclaré aux investisseurs que ses meilleures performances provenaient des matières premières, des taux courts et des obligations nominales.

De nombreux fonds gagnants utilisent des algorithmes pour prédire et parier sur les tendances et les modèles des contrats à terme et d’autres marchés financiers. Ils ont profité d’une énorme liquidation sur les marchés des obligations d’État cette année, les rendements des bons du Trésor américain à 2 ans passant de 0,7% à 2,4% et les rendements à 10 ans passant de 1,5% à 2,5%, alors que le La Réserve fédérale décide de resserrer sa politique monétaire.

« Jusqu’à présent cette année [performance] est spectaculaire », a déclaré Philippe Jordan, président du CFM basé à Paris, qui gère environ 9 milliards de dollars, et est en hausse d’environ 17% dans sa stratégie Discus et de 7% dans son fonds phare Stratus. « La toile de fond macro pour [quant] le commerce à terme est meilleur qu’il ne l’a été au cours des 10 dernières années. ”

L’indice HFRI des fonds de produits de base a grimpé de près de 25 %, propulsé par une hausse d’un tiers du prix du pétrole brut et un bond du gaz naturel de près des deux tiers. Makuria Investment Management, qui investit dans les matières premières et les entreprises impliquées dans la transition énergétique, a gagné 31%. « Les événements tragiques en Ukraine n’ont fait qu’accélérer les tendances structurelles déjà existantes sur les marchés des matières premières. . . en augmentant encore l’étroitesse du marché », a écrit le fondateur Mans Larsson.

D’autres traders ont également profité des énormes mouvements du marché des obligations et des devises. Le fonds européen d’Odey Asset Management a gagné près de 61% à la mi-mars, aidé par les paris sur la hausse des rendements obligataires à long terme. Il pense qu’ils ont encore du chemin à faire. « Il n’y a rien qui retienne les rendements d’ici », a déclaré le fondateur Crispin Odey.

Les fonds spéculatifs en actions ont connu une période beaucoup plus difficile. Les fonds qui étaient positionnés pour une hausse des prix ont subi des pertes, les marchés boursiers ayant été touchés par la guerre en Ukraine et la perspective de coûts d’emprunt plus élevés, et les marchés obligataires se sont rapidement liquidés.

« L’extrême volatilité du marché des taux et la situation en Ukraine ont créé un environnement de risque difficile pour toutes les classes d’actifs », a déclaré Kevin Russell, directeur des investissements de l’unité de fonds spéculatifs UBS O’Connor, qui gère plus de 11,2 milliards de dollars d’actifs.

Sommaire
  1. Recommandé

Bastien Blanqué

J’écris des articles qui tournent autour des astuces beauté, des tendances vestimentaires, du relooking express. Je m’inspire des personnalités issues des 6 continents et non celles qui sont affichées presque partout sur les médias. Pour moi, il est important de pouvoir communiquer une toute autre forme de style et de sortir de la mode ordinaire ou de masse. Je privilégie notamment l’adoption d’un style propre à chacun mais avec une touche de fantaisie et d’harmonie dans l’ensemble du look. C’est pourquoi, vous pourrez découvrir mes idées « outfit du jour » pour celles qui souhaitent s’inspirer.

Dans la même catégorie

Go up