Un conseiller municipal arrêté pour une fraude bancaire de 300 millions de reais utilisant des logiciels malveillants – Tecnoblog

Un conseiller de Davinópolis, dans le Maranhão, a été arrêté par la police civile du district fédéral (PCDF) soupçonné d’être impliqué dans un stratagème de fraude bancaire qui aurait entraîné une perte de 300 millions de reais. Selon les autorités, le gang criminel, qui opérait depuis plus de 10 ans, envoyait des messages sur les téléphones portables aux victimes avec des liens contenant des logiciels malveillants qui transféraient de l’argent sur les comptes des oranges.

Code dans le cahier (image d’illustration : Christiaan Colen/Flickr)

En autorisant l’arrestation du conseiller municipal jeudi (7), la Justice a répondu à une demande du Noyau spécial de lutte contre la cybercriminalité (Ncyber) du Ministère public du District fédéral et des Territoires (MPDFT).

L’homme politique a été interpellé par des agents de la Police spéciale pour la répression de la cybercriminalité (DRCC) du PCDF. Ils avaient le soutien d’officiers de la police civile du Maranhão, où le suspect est détenu et en attente de transfert vers le district fédéral, comme l’a informé le bureau du procureur général au technoblog.

Le groupe criminel auquel le conseiller est soupçonné d’appartenir opère principalement dans la région du Midwest et dans l’État du Pará. Selon le MPDFT, les criminels effectuaient des virements directement à partir de comptes bancaires en utilisant une combinaison de logiciels malveillants et d’ingénierie sociale. Après avoir envoyé le message avec le virus, les membres du gang ont appelé en se faisant passer pour des employés de la banque où la personne avait un compte.

Si l’appareil de l’utilisateur avait été infecté par le logiciel malveillant, la dernière étape de l’escroquerie consistait à obliger la victime à transmettre les informations d’identification utilisées pour autoriser l’opération bancaire. Lorsque l’argent a été transféré, le gang l’a envoyé à plusieurs oranges qui ont donné leurs comptes aux criminels, afin de pulvériser les traces.

Le gang fonctionnait sous la forme d’une pyramide : les oranges étaient les bénéficiaires immédiats de la fraude ; sur le palier au-dessus se trouvaient les recruteurs ; et enfin, au sommet de la chaîne, les responsables d’exploitation, chargés d’amener les titulaires de comptes aux distributeurs automatiques et d’y déterminer les opérations qui y sont effectuées.

« Parfois, ces personnes avaient des automates à cartes de crédit fantômes pour faire des achats simulés sur les cartes de ces bénéficiaires », précise le MPDFT dans une note.

Le conseiller de Maranhão arrêté par la police est accusé d’avoir indiqué des personnes disposées à fournir leurs comptes et à participer au stratagème. Selon le MPDFT, il aurait un lien avec un couple arrêté à Goiânia (GO) le 31 mars. Le duo, à son tour, a un casier judiciaire pour double homicide, détournement de fonds, organisation criminelle, vol par escroquerie, blanchiment d’argent et possession de drogue.

Opération Iron Man

Les enquêtes de la police civile du DF (PCDF) sur le gang ont commencé en 2019, lorsque des agents ont arrêté des criminels qui effectuaient des retraits, des transferts et des conversions de monnaie nationale en dollars. Tout cela dans une seule agence bancaire. Dès les arrestations, la police a détecté qu’il s’agissait d’une pyramide.

En mai 2020, l’opération Iron Test a été lancée. À l’époque, la DRCC estimait que la fraude s’élevait à 800 000 reais. Des policiers ont arrêté deux suspects et ont délivré des mandats de perquisition et de saisie à Riacho Fundo et à Samambaia, toutes deux dans le District fédéral.

Un an plus tard, le PCDF lançait la 2e phase de l’opération Iron Test, servant cette fois 35 décisions de justice : 17 pour détention préventive et 18 pour perquisition et saisie. Selon une deuxième estimation faite par les autorités, le programme avait déjà entraîné une perte de 3 millions de reais.